Messages rťcents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Le siège d'Underland / Re : Necro post
« Dernier message par Luun le 28 octobre 2014, 14:19:38 »
Bah donne de tes news quitte à passer ^^

Tu deviens quoi, tu joues à quoi ? :)

Moi je suis... ben en fait je reprends Rift, après 6 mois de pause :)
2
Le siège d'Underland / Re : Necro post
« Dernier message par Odrelia le 20 septembre 2014, 18:37:32 »
Oh, un Zulf, oh un Lulu... ! *passait aussi par là, nostalgique*
3
Le siège d'Underland / Re : Necro post
« Dernier message par Luun le 04 septembre 2013, 03:41:54 »
Je passais par là et j'ai restauré le forum ^^
4
L'antre des fous / Re : Flood Powaaa
« Dernier message par PokeZulf le 29 aoŻt 2013, 10:40:38 »
Et ben, No√ęl est d√©j√† pass√© et pendant ce temps, les Allemands sont √† nos portes...
5
Le siège d'Underland / Necro post
« Dernier message par PokeZulf le 29 aoŻt 2013, 10:34:50 »
Je passais par là et j'ai vu de la lumière...
6
Récits - l'ombre des déchus / Re : [Récit] Tome II - L'Orchidée noire
« Dernier message par Elanor le 06 septembre 2012, 14:45:34 »

Je p√©n√©trais dans ma chambre apr√®s une nouvelle soir√©e pass√©e dans des souterrains √† combattre les atrocit√©s qui servaient R√©gulos. Un ballet bien r√īd√© maintenant, ou plut√īt, un assaut en r√®gle. Le quotidien des √©lus. Ouvrant un tiroir, je remarquais le volume pouss√© au fond, oubli√© l√†. Un journal... mon journal...

Celui qui avait relat√© mes craintes √† mon arriv√©e. Celui qui avait recueilli mes peurs, mes r√™ves et mes espoirs. Et au final ? Rien. Oh, je sais ce que vous allez dire: que d√©sirais tu ? Un chalet au village de chutes blanches ? Je l'avais. Une suite dans l'une des meilleures auberges de M√©ridian ? Aussi, et √† l'ann√©e. Et pour en arriver l√† ? Pas le moindre assassinat, pas le moindre travail un peu moralement r√©pr√©hensible. Ma√ģtre Kyan serait fier de moi ! Non, j'avais seulement combattu jour apr√®s jour les Dragons, bonne petite √©lue qui s'√©tait conform√©e au moule de ce qu'on attendait d'elle. Rien, ou si peu...

L'espoir d'un monde meilleur, les contacts noués, parfois chez les Gardiens à grands risques, parfois parmi les miens. Qu'en restait il ? Depuis quand n'avais je seulement croisé une tête connue ?

Et malgr√© cela, l'espoir subsistait. Les accrochages entre les factions se font rares, et j'ai surpris des discussions de couloir. La rumeur d'une d√©tente. Peut √™tre que, bient√īt, tous les Telariens feraient front commun contre l'ennemi...
7
Récits - l'ombre des déchus / Re : [Récit] Tome II - L'Orchidée noire
« Dernier message par Elanor le 01 fťvrier 2012, 11:41:45 »
La nouveaut√© √©tait arriv√©e dans ma vie sous la forme d'une convocation. Quelqu'un avait d√©cid√© en haut lieu de m'envoyer rencontrer les Gardiens, afin de n√©gocier une "entente d'int√©r√™t g√©n√©ral au sujet de l'√ģle de Braise".
La n√©gociation ? Qui pouvait avoir comme id√©e de me confier une t√Ęche comme celle-l√† ? C'est dans un aust√®re bureau de Meridian que je d√©couvrais les motivations politiques derri√®re tout cela. Un art tout aussi complexe que celui d'√īter la vie, visiblement. Mais nos dirigeants avaient d√©cid√© d'√™tre pragmatiques et de ne pas disperser nos forces. Un arrangement avec les Gardiens √©tait envisageable, pour peu qu'il soit √† notre avantage.

Je n'avais jamais vraiment non plus réfléchi à ma façon de percevoir les Gardiens. Ceux d'en face ? Pour autant, ne combattait-on pas tous pour la survie de Telara ? Détruire leur faction pour ensuite périr sous le coup des assauts planaires, cela a-t'il un sens ? Des fois le pragmatisme a du bon. Souvent en fait.

C'est ainsi que je me retrouvais dans le coeur des labeurs, en compagnie de quelques autres Renégats: Maitre Kyan, Messire Shindaal et Dame Syrielle. Les Gardiens avaient eux décidé de venir en force, plus d'une vingtaine des leurs occupant la salle. Avec le recul, je me dis que cette soirée a définitivement changé ma perception de Telara. Les Gardiens sont plus extrêmes que nous autres Renégats. En cela, ce sont bien les fanatiques qui ont décrété la mise à l'écart de notre faction. Beaucoup d'entre eux sont intransigeants, nullement prêts à s'entendre, et veillent surtout à bien surveiller les faits et gestes des plus ouverts d'entre eux, n'hésitant pas à aller jusqu'à donner la chasse aux leurs qui a leur yeux pactisent trop avec l'ennemi que nous représentons à leurs yeux..



Mais il y a aussi des personnes de bon sens, même si elles doivent se faire discrètes pour pouvoir continuer à oeuvrer. Même si la négociation avait débouché sur un accord minimaliste, il m'arrive encore souvent de croiser Dames Leyah et Rokuchan, Messire Mav ou encore cette personne à part qu'est Messire Drelnas.

Ce matin est arrivée une nouvelle convocation. Je vais devoir me rentre à nouveau à une négociation, cette fois au Rivage de Fortune. Toujours les mêmes raisons, des négociations discrètes, menées par des personnes sans aucune reconnaissance officielle... Je commence a penser qu'il y a certaines choses qu'on en nous dit pas, là dessous...
8
Récits - l'ombre des déchus / Re : [Récit] Tome II - L'Orchidée noire
« Dernier message par Elanor le 28 novembre 2011, 16:51:34 »
Assise √† l'ombre d'un arbre, je contemplais sans les voir les plaines de Libremarche qui s'√©tendaient devant moi, perdue dans mes pens√©es. L'arriv√©e des √©lus avait profond√©ment chang√© la soci√©t√©. Avoir eu l'occasion de mourir une fois vous donnait n√©cessairement un peu de recul lors de votre seconde chance, mais cet √©tat d'esprit semblait avoir contamin√© tout le monde √† M√©ridian. Si vous rencontriez quelqu'un √† la taverne, et que vous commenciez √† discuter, vous vous rendez vite compte que soit votre interlocuteur se vouait corps et √Ęme √† la guerre en cours, soit qu'il a d√©cid√© de saisir sa seconde chance et de profiter pleinement de sa vie. Les altruistes et les √©go√Įstes, en somme. La guerre montrait toujours ce qu'il y avait de meilleur et de pire dans chacun. Pour autant, pouvait on en vouloir √† quelqu'un de vouloir saisir une opportunit√© de refaire sa vie ? Si vivre un peu pour soi signifiait √™tre √©go√Įste, alors mon choix √©tait fait.

En ce moment, la mode du "profiter pleinement" était très liée au fait de s'afficher en couple sans retenue dans les lieux publics. Je pouvais comprendre cette envie d'aller à l'essentiel, de ne pas perdre de temps avec le superflu ou le regard d'autrui. Cela me mettait quand même parfois mal à l'aise, mais je dois reconnaitre ne pas être très démonstrative.

Asha√ęn devait √™tre en train de dormir dans ma chambre. J'avais rencontr√© la milicienne quelques jours plus t√īt √† la taverne, juste avant qu'elle ne se blesse gravement au combat. Elle devrait se passer des nuit√©es √† la belle √©toile quelques temps. M√™me si elle avait assez peu laiss√© planer le doute quant √† son attirance pour moi, Asha√ęn ne me for√ßait pas la main, et j'appr√©ciais sa compagnie. Ma√ģtre Kyan avait √©t√© beaucoup plus direct quand il m'avait avou√© s'√™tre attach√© √† moi. J'avais toujours un peu honte d'avoir mal r√©agi et fui la premi√®re fois. C'√©tait simplement √©trange de les avoir lui et Asha√ęn assis √† la m√™me table. Pas forc√©ment agr√©able pour moi, d'ailleurs. Je savais qu'√† un moment je devrais peut √™tre y mettre le hol√† pour pr√©server ma libert√©.

Malkarsh et Yriane m'avaient présenté à leur clan, et les premiers contacts s'étaient bien passés. J'avais laissé une lettre à un officier, afin de proposer mes services au clan. J'avais aussi envoyé une missive à l'estoc, demandant des instructions à mots couverts, et j'attendais que ses membres me contactent. Pas de travail... Je devrais peut être considérer l'offre qu'Asami semblait vouloir me faire. Je n'aimais pas travailler pour l'armée, mais la Kelari avait un esprit pratique qui ne s'embarrassait pas des considérations militaires habituelles. Ca en faisait une relation d'affaires agréable, et puis c'était une bonne combattante. Une aberration à un poste de commandement dans l'armée, mais bon, on était en temps de guerre et elle avait pris pour habitude de survivre aux combats, à la différence de ses supérieurs qui finissaient invariablement entre quatre planches quand ils ne servaient pas de nourriture aux corbeaux.

La course du soleil avait dépassé son zénith. L'heure de rentrer, et de voir quelles surprises me réservait cette journée...
9
Récits - l'ombre des déchus / Re : [Récit] Tome II - L'Orchidée noire
« Dernier message par Elanor le 24 novembre 2011, 16:48:58 »
Je passais quelques temps dans une auberge √† retrouver la sant√©. Que le monde avait chang√© en mon absence ! Il me semblait ne plus connaitre personne. Ma premi√®re rencontre avec mon pass√© eut pourtant lieu peu apr√®s, lorsque je tombais sur mon ancien Maitre d'Armes, Kyan, au d√©tour d'une ruelle enneig√©e. Pass√© le premier moment d'√©tonnement, il m'invita √† la taverne me r√©chauffer et lui conter mon histoire. Les souvenirs que l'on √©changea me rem√©mor√®rent de bons moments, et nous nous s√©par√Ęmes sur ma promesse d'aller lui rendre visite aux sables chatoyants quand je serais un peu remise.

Avec les forces qui me revenaient, je passais de plus en plus de temps dehors, tout en restant trop faible pour entreprendre le long voyage du retour depuis les pics. Heureusement, il y avait du passage aux Chutes Blanches. J'y croisais bri√®vement Messire Shindaal, et perdue dans mes pens√©es bousculais une jeune Eth qui r√©cup√©rait son courrier. C'est ainsi que je rencontrais Yriane et Malkarsh, un jeune couple charmant et ouvert. Install√©s devant la massive chemin√©e de l'auberge, nous f√ģmes connaissance, parfois salu√©s par l'une de leurs nombreuses relations, parfois rejoints √† table par l'un de leurs amis. Certains √©taient durs, comme la plupart des soldats marqu√©s par la guerre. Certains √©taient amicaux, tel Messire Jedan, qui n'h√©sitait pas √† prodiguer des conseils. Je pus entendre des nouvelles de M√©ridian, domin√©es par la politique et par une myst√©rieuse Milice Pourpre qui piqua ma curiosit√©.

Enfin arriva le jour o√Ļ je pus prendre la route, et revoir les tours de M√©ridian...
10
Récits - l'ombre des déchus / [Récit] Tome II - L'Orchidée noire
« Dernier message par Elanor le 08 novembre 2011, 17:55:19 »
Ces moments furent les plus durs de mon existence. Je me suis réveillée pataugeant dans un ruisseau glacé, bleue de froid, tremblante et en état de choc. J'avais l'impression d'avoir des milliers d'aiguilles dans la jambe, et chaque mouvement de ce membre cassé m'arrachait un cri. Je me trainais péniblement vers une pierre dont le surplomb pouvait m'abriter un peu, récupérais quelques branches de bois mort, et réussis tant bien que mal à allumer un misérable feu.

Je me réveillais sous un ciel blanc de cette luminosité si particulière annonçant la neige. Combien de temps avais je pu rester inconsciente ? De mon feu, seules subsistaient quelques braises. Rester ici serait la mort assurée. Non loin de moi, la falaise par dessus laquelle j'avais chuté offrait à ma vue quelques failles, et une mince lueur d'espoir. J'atteignais une grotte au bout de longues heures d'efforts, et entrepris de refaire un foyer pour me réchauffer. Dehors, la neige s'était mise à tomber, marquant le début d'un hiver qui allait me bloquer ici de longs mois.

Bien vite, mes maigres réserves de nourritures s'épuisèrent. Mes journées se limitaient à chercher du bois, toujours plus loin de mon abri, et dénicher de la nourriture. Le plus souvent des racines, parfois un lièvre des neiges pris dans un collet. Mon salut se trouva aussi dans un Yéti venu mourir non loin de ma grotte et dont la peau, quoique puante, gardait quelque chaleur. Ce ne fut qu'avec la fonte des neiges, sale, amaigrie et puante, marchant à l'aide d'une béquille improvisée dans une grosse branche, que je pus enfin redescendre au village de chutes blanches.
Pages: [1] 2 3 ... 10