Auteur Sujet: [Récit] L'Échiquier du Mal  (Lu 3129 fois)

Arkehyna

  • Fondateur
  • Troll pustuleux
  • *****
  • Messages: 243
    • Voir le profil
[Récit] L'Échiquier du Mal
« le: 22 mars 2011, 18:03:05 »
"Rentre maintenant il fait nuit et tu vas prendre froid."

Un sourire pâle s'étirait sur ses lèvres blêmes en entendant la voix de sa mère. Elle l'avait toujours protégée du monde mais elle n'était plus depuis bien longtemps. Nulle raison funeste ni évènement terrible à sa mort, juste le temps qui s'était écoulé. Les jours avaient succédé aux jours et la douce vieillesse s'en était venue. Sa famille était bien implantée dans leur village mais quand sa mère s'était éteinte quelque chose était partie avec elle. Une digue avait cédé ensuite morceau par morceau.

Un rire silencieux, un mouvement de tête faible mais suffisant pour montrer qu'elle était encore en vie. Elle reprenait le fil de ses pensées. Cela avait un côté un peu dramatique qui lui plaisait bien mais en toute lucidité, elle avait toujours eu cette part de noirceur. Cela ferait quoi de se prendre un coup de couteau ? De tuer quelqu'un ? De surprendre un de ces pêcheurs ventrus au détour d'une rue ? C'est à ça qu'elle rêvait dans le silence du crépuscule et la présence de sa mère avait juste empêché qu'elle ne cherche les réponses aux drôles de questions qu'elle se posait.
Une digue avait bien cédé mais pas morceau par morceau. Meurtre par meurtre, telle était la réalité. Sans la voir, elle contemplait sa toute première cicatrice. Elle s'était poignardée pour savoir ce que cela faisait et n'avait pas trouvé cela bien pratique. Douloureux en plus. Comble, il avait fallu trouver un moyen pour se soigner discrètement.

Néanmoins, meurtre après meurtre, elle avait fait son petit bout de chemin avant de tomber sur plus fort et maintenant elle attendant la sentence finale. Dommage, il y avait bien des choses qu'elle voulait essayer. Enfin cela n'avait pas grande importance. La mort par pendaison, c'est ce qui lui était promis. Tout compte fait, la pendaison elle ne connaissait pas. Une dernière expérience en forme de pied de nez à la face de son monde puis, plus rien. Elle ne croyait pas beaucoup en la rédemption et toutes ces choses. Pouvoir effacer ses fautes en demandant pardon. Fadaises ! Elle ne l'avait pas fait pour les familles de ses victimes et ne le ferait jamais.
Demain tout serait achevé, pour l'éternité.
"Adieu gamine, t'auras gâché ta vie". Les dernières paroles du bourreau qu'elle emporterait dans le Néant.

"Bienvenue être Élu.
Hâtez-vous, nous avons peu de temps."
Sans être hystérique, la voix invitait à se presser. Élu. Fin du monde. Failles. Régulos. Les informations se bousculaient tandis qu'elle parlait aux êtres qu'elle croisait. Revenue pour aider à sauver le monde avec d'autres êtres Élus, c'est ce qui semblait être l'idée dominante. Quelque chose en elle lui disait que finalement la rédemption existait mais un réflexe venu d'elle ne savait où l'avait incité à s'approprier l'âme d'une créature pouvant se soigner. Elle se disait que cela lui aurait bien servi autrefois. Il fallait qu'elle s'arrête pour réfléchir mais dans le chaos ambiant, cela ne semblait pas être possible. Elle suivait donc le chemin qui s'ouvrait devant elle. "Je veux le contrôle !" pensa t elle quand deux créatures voulurent se mettre sur sa route et ainsi fut fait.

"Cette âme te donnera le contrôle. Tu en prendras les pouvoirs peu à peu." Qu'est-ce-que c'était bon. Elle en avait des frissons tout le long de la colonne vertébrale mais la rédemption muselait toutes ses autres pensées. Quand des Gardiens lui furent désignés comme les ennemis, elle résista à son envie de carnage. Après tout, pas la peine de les envoyer trop vite à la mort avec les forces de Régulos qui se déchaînaient. Qu'ils profitent du spectacle de la destruction. Non ! Non ! Une chance lui était offerte, elle s'amenderait. Ce futur n'existerait pas ! Sans vraiment savoir pourquoi, quelque chose lui disait que c'était bien.

Un dernier pas, le soleil éclatant de Libremarche, le bruit des canons. Elle avait respiré profondément et cela avait scellé celle qu'elle avait été. La rédemption serait sa voie. Les jours s'étaient succédés. Elle avait tué consciencieusement ceux qui lui étaient désignés. Bon petit soldat Renégat au service de l'intérêt supérieur. Il y avait ce plaisir à tuer qui ne la quittait jamais vraiment mais elle se retenait, ne faisait jamais plus que l'ordre donné et d'une façon propre, rapide, sans souffrance supplémentaire. L'époque était dure, les failles menaçaient et elle protégeait tout et tous ceux qu'elle pouvait.

Cela avait duré un moment jusqu'à une simple conversation. Un détail insignifiant sur la roue du temps, une phrase qui avait tout changé.
"Personne ne me connaît ici. Je peux tout recommencer."

Sur le coup elle n'avait pas relevé. Après tout elle était mal placée pour juger quelqu'un qui voulait avoir droit à sa deuxième chance. Un simple détail, insignifiant, il aurait suffit que l'on lui demande de faire les choses rapidement et elle n'aurait même pas pris la peine de discuter avec cette marchande mais comme un petit caillou pouvait déclencher un éboulement cette phrase avait fini par détruire l'idée de la rédemption. Elle était revenue sur ses pas peu après, avait tué gratuitement, comme ça juste pour le fait de pouvoir le faire et  le plaisir avait éclaté en elle. En cet instant, tout était devenu jeu. Après tout, la mort n'avait pas voulu d'elle, alors pourquoi avoir peur d'un au-delà qui avait été aboli ?

Personne ne la connaissait ici et il était plus que temps de s'amuser.

Arkehyna

  • Fondateur
  • Troll pustuleux
  • *****
  • Messages: 243
    • Voir le profil
Re : [Récit] L'Échiquier du Mal
« Réponse #1 le: 22 mars 2011, 18:03:44 »
Quelque chose troublait son sommeil depuis des jours . Elle n'arrivait pas à savoir ce que cela était précisément mais cela virait à l'obsession. Une obsession mortelle car ses pensées s'envolaient dans les pires moment et elle n'avait dû sa survie qu'à des réflexes bien ancrées.

C'est ce qui fait qu'elle avait décidé de repasser à Meridian et surtout d'y rester en attendant d'avoir compris. Elle se mélait peu à peu aux autochtones bien qu'elle n'attende pas grand chose d'eux en définitive. En attendant cela occupait et évitait de prendre des risques inutiles. Elle en avait croisé plusieurs, certains manifestement plus dangereux que d'autres. Tellement proches de ce qu'elle pouvait être qu'elle trouvait amusant que finalement les Élus puissent être des âmes si noires. Si ça c'était capable de sauver un monde, cela augurait d'époques charmantes par la suite. Le temps passait cependant et ses idées restaient confuses.

C'est une rencontre très banale en apparence qui avait fini par mettre ses pensées en ordre. Quoi de plus banal qu'une nouvelle arrivante en Telara ? Quoi de plus banal qu'une gamine dans un monde de chaos ? Pas grand chose en effet. Sauf que cette gamine ne venait pas seule, nouvelle "Élue" venue grossir le flot des réfugiés, elle avait été une parmis des dizaines. À se demander si Meridian serait assez grande pour tous ces êtres à un moment.

Elles avaient discuté un moment dans la bibliothèque, un coin pas si fréquenté que ça et dans lequel on pouvait dormir au chaud si on se faisait passer pour un étudiant. C'est en repartant que la réponse avait commencé à se former. Si des Élus continuait d'arriver c'est que le futur n'avait pas été changé. Fatalement si ce monde triomphait, il fallait que le flot d'Élus cesse montrant ainsi que les machines avaient été inutiles. Or il y en avait toujours de plus en plus.

Le futur aurait pu être différent mais justifiant la création des machines malgré tout mais ces nouveaux venus arrivaient tous avec des récits de fin du monde. Elle avait bien fait de jeter aux orties ces histoires de rédemption. La fin finalement était connue et quitte à connaître la fin de l'histoire, autant profiter des moments qui restaient.

Des âmes noires erraient en Telara, il y avait surement quelque chose à en faire d'amusant. La journée qui s'en suivit fut mortelle, une fois de plus mais pas pour elle.

Arkehyna

  • Fondateur
  • Troll pustuleux
  • *****
  • Messages: 243
    • Voir le profil
Re : [Récit] L'Échiquier du Mal
« Réponse #2 le: 11 avril 2011, 12:05:27 »
"Champs de pierre, la pluie. La pluie, Champs de pierre.
Enchantée. Vous avez là un petit coin magnifique. Cela ne vous ennuie pas que je m'installe ? Vous êtes surs ?
Aucun problème je vous assure . Ce n'est pas comme si nos résidents étaient difficiles.
Ah oui vous avez quelques morts-vivants à ce que j'ai pu en voir.
Y un peu des vivants aussi mais...

Ouais d'abord ! Bande d'égoïstes vous auriez pu y penser avant de passer cet accord. Va me rendre folle cette pluie et l'autre qui me tanne pour une pioche. Ouinnnn ma belle pioche toute neuve, je la veuuuuuux. T'veux pas une pièce pour t'en acheter une autre ? Nahahahaha veuuux ma piocheeeeee.
Faut que je tape sur quelque chose ou mieux sur quelqu'un...."

Perdue dans ses pensées la kelari avait à peine remarqué que la taverne s'était vidée précipitamment quand les premiers signes d'une invasion massive des plans s'étaient manifestés.
Une pièce avait alors volé dans les airs et la kelari avait souri en voyant le côté face s'immobilisait face à elle. "De la pluie, des cailloux et une invasion. Que demande le bon peuple de Telara ?"

Elle l'avait reconnu de loin. Faut dire des cheveux blancs pareils. Tout en esquivant une attaque d'un être décérébré, elle songeait qu'elle devrait lui demander un jour si c'était à force de se faire du souci. Elle imaginait déjà sa tête à cette question. C'est ainsi qu'elle s'était rapprochée peu à peu de lui.

Le groupe auquel il appartenait et qu'elle avait rejoint, avait repoussé l'invasion sans trop de difficulté. En même temps à vingt contre un et avec l'éternité devait soi, même en bombardant les engeances de Regulos de petits pois, ils avaient une bonne chance de l'emporter.
"Bon ben faut y aller.
Pourquoi faire ?
Pour sauver Telara !"

Mais pourquoi lui avait-elle répondu et surtout pourquoi avait-il fallu qu'il fasse cette réponse-là ! Parmi la multitude c'était probablement celle qu'elle trouvait la plus risible à égalité avec c'est notre devoir. Par contre si elle pouvait trouver cette lame d'ombre dont on lui avait parlé... Bon en selle et advienne que pourra.

Finalement le combat avait été plus intense que ce à quoi elle s'était attendue et il avait eu l'effet cathartique dont elle avait besoin. Cela la mettait dans une disposition d'esprit plus amène pour discuter. Kyan semblait plutôt satisfait de lui et il avait même fini par la reconnaître. Enfin après qu'elle l'ait appelé "Cheveux blancs". Faut croire qu'elle devait être la seule à faire ça. C'était vraiment surprenant.

"Vous êtes la maîtresse d'Elanore !"

La maîtresse ? De la gamine ? Qu'est-ce-que c'était que cette histoire encore ? Hein ! Quoi ? Il venait de dire quoi là ? Qu'il fallait la guider pour l'empêcher de reprendre son ancienne vie là où elle l'avait laissé ?

"Ah non ! Qu'elle fasse ce qu'elle veut !"

Ben mince alors. Non seulement on n'avait pas eu le choix de revenir mais en plus fallait se comporter en bons toutous serviles, toujours prêts à aller planter ses crocs dans une créature planaire ou un Gardien ? Encore qu'un Gardien cela pouvait être tendre alors qu'une créature.... Ce n'était pas le sujet ! Que la gamine fasse ce qu'elle voulait de sa vie. Il était quoi ? Son maître d'arme... Bon sang, la gosse à quoi tu joues ? Mets le dans ton lit au moins et que l'on n'en parle plus...

Enfin elle irait peut-être plus vite vu la façon dont sa tunique rouge l'attirait. Soit il la prenait pour un alevin de deux jours, soit il venait vraiment d'acquiescer au fait de laisser la gosse vivre sa vie. Elle penchait sérieusement pour l'alevin. Ils en étaient quelque part entre pourquoi est-ce-que lui, kelari, s'intéressait à la gamine et nécessité de sauver le monde quand une eth s'était approchée et s'était mêlée à leur conversation. Elle avait fait une diversion agréable, très agréable.

"Veuillez m'excuser mais votre conversation semble très intéressante. Pourrais-je savoir de quoi il retourne ?
Nous discutions d'une connaissance en commun mais rien de plus.
Ohhh Cheveux blancs... Vous me peinez profondément... Je croyais que nous avions aussi ma robe en commun."

Une réaction outrée, des yeux au ciel et une kelari fort amusée, cette discussion prenait un tour sympathique. Au bout de deux ou trois phrases, elle avait dû se rendre à une évidence. Il n'était pas croyable ce Kyan. En vingt secondes il avait réussi à se faire prendre en pitié par la eth et c'était la kelari qui était taxée de cynisme. Certes c'était une illustration assez juste de la réalité mais il avait un truc avec les eths. Faudrait voir à l'observer, si jamais cela fonctionnait de la même façon avec les mâles cela pourrait être utile. Finalement la nouvelle venue était boucher mais pas bourreau, n'aimait pas les Gardiens et faisait son devoir en sauvant Telara. Ite missa est !

En rentrant à l'auberge, la kelari songeait que pour se fondre dans le décor et poursuivre ses découvertes elle allait devoir apprendre à dire "sauver Telara" à la question c'est quoi ton but dans la vie maintenant... Autant chercher une pierre sèche dans ce patelin, c'était juste pas possible ça. Demain elle s'offrirait un tour dans un coin plus ensoleillé et elle emmènerait la gosse, fallait causer un peu entre femmes. Nameo !